Vers une optimisation des traitements dédiés au cancer

Votez pour ce site

La Science a réalisé de nombreux progrès au cours de cette dernière décennie, cela apporte donc une bonne dose d’espoir à tous les malades qui voudraient battre ce crabe qui ne cesse de prendre de l’ampleur au fil des années.

Des méthodes douces pour réduire les effets secondaires

Aujourd’hui, si le diagnostic est effectué relativement tôt, le taux de guérison est beaucoup plus fort. Cette situation a été favorisée par l’émergence des nouveaux traitements. Pour essayer de vaincre ce problème de santé, plusieurs solutions ont été dévoilées, mais les effets secondaires sont souvent importants. Ils ont donc le pouvoir de transformer la vie en cauchemar alors qu’elle est déjà bien morose. Les médecins tentent de trouver des techniques afin d’améliorer le taux de survie tout en optimisant le quotidien avec des médicaments moins lourds, mais efficaces. De ce fait, ce sont les moyens doux qui sont privilégiés.

Des traitements lourds qui entraînent des nausées et des bouffées de chaleur

Par exemple, pour réduire les conséquences de la chimiothérapie, les médecins proposent de prescrire du desmodium qui lutte contre les nausées sans détruire la flore intestinale. Il peut être remplacé par le Nux Vomica qui est intégré dans la catégorie de l’homéopathie, mais les patients sont parfois touchés par des affections de la bouche. Ces dernières seraient atténuées grâce à du bicarbonate de sodium. Les spécialistes ont également des solutions pour l’hormonothérapie qui sont aussi envisagées pour se battre contre le cancer du sein. Pour réduire les bouffées de chaleur, ils sont en mesure de proposer des acides gras, mais l’hétéro-isothérapie sera efficace pour vaincre chez les hommes les effets indésirables du cancer de la prostate.

L’avis d’un professionnel de santé est indispensable

Parmi les traitements contre le cancer, nous avons la radiothérapie qui nécessite l’utilisation de corps gras. Ces stimulants ont la capacité d’agir sur le système immunitaire, mais ils ne seront pas les seuls à être proposés. Les professionnels de la santé prescrivent également de l’huile de bourrache et des omégas-3. De ce fait, il suffit parfois de piocher du côté de la médecine douce afin d’atténuer les effets secondaires. Avant de se lancer dans une expérimentation, il est bien sûr indispensable d’obtenir l’avis d’un médecin qui sera en mesure de vous épauler dans cette période difficile.

N’hésitez pas à évoquer ces traitements en parallèle qui ne sont pas nuisibles pour ceux utilisés afin de lutter contre la prolifération des cellules tumorales.

Publié dans Santé >>> Cette page a été affichée 60 fois